Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La Primaire Populaire /…ceux qui prennent le temps d'envisager cette société, s'ils sont fondamentalement humains, arrivent aux mêmes constats ainsi qu'aux mêmes solutions

9 Juin 2021 , Rédigé par Marc Jutier

je suis accroupi au centre

Pour ne pas perdre cette page lorsque vous cliquez sur un lien:

survolez le lien, faites un clic droit et choisir une option

 

Chers concitoyens, chers Gilets jaunes, chers compatriotes, chers écologistes, chers amis,

 

Je suis candidat à La Primaire Populaire et j'ai besoin de votre soutien (vous pourrez concrètement signifier votre soutien ou parrainage sur le site à partir du 28 juin). Si vous êtes contre le mondialisme ordolibéral, contre cette « élite » de banquiers et de milliardaires qui possède la puissance financière, pharmaceutique et médiatique et qui a pour objectif de détruire la souveraineté des États et des populations, alors rassemblons-nous pour gagner les élections souveraines de notre pays du printemps 2022.

 

J'ai besoin du plus grand nombre de vos soutiens afin être qualifié pour la phase finale. Les 5 premiers hommes et les 5 premières femmes seront admis.e.s à participer aux débats et seront finalement départagés par un scrutin à un tour au jugement majoritaire (chaque votant pourra apposer une des sept mentions possibles sur chaque candidature) à l’automne 2021 dans plus de 10 000 bureaux de vote partout en France.

 

Je ne suis pas un professionnel de la politique (je n'ai jamais été élu) ; à 34 ans (1997), écoeuré par ce système, je me suis engagé en politique et j'ai alors décidé de consacrer ma vie à contribuer à la transformation de cette société que je trouve absurde, violente, polluante et inégalitaire. Il est en effet plus que temps de sortir de l'impasse de l'idéologie néolibérale, sa nocivité n'est plus a démontrer. Si nous en avons la volonté, rien ne nous interdit d'élaborer puis de mettre en place un autre modèle de société une autre façon de vivre ensemble, un nouveau rapport avec la nature. Ingénieur de formation, j'ai beaucoup lu, réfléchi et écrit sur la civilisation, la monnaie, la philosophie, l'épistémologie et l'écologie. J'ai une vision assez claire de ce que pourrait être une société organisée autour de l'humain et du bien commun, une fois que nous serons débarrassés du diktat des banquiers qui nous manipulent depuis trop longtemps. Bien évidemment, je ne suis pas seul à avoir cette vision. En effet, ceux qui prennent le temps d'envisager cette société, s'ils sont fondamentalement humains, arrivent aux mêmes constats ainsi qu'aux mêmes solutions.

 

Je suis, entre autres, pour le Référendum d'initiative citoyenne, pour la sortie de la France de l'OTAN, pour un revenu universel et une réforme monétaire, mais je ne vais pas entrer dans le détail de mes propositions sur l'éducation, l'agriculture, l'alimentation, la santé, les affaires étrangères, la défense, la justice, la police, les institutions, la monnaie, la production et la distribution des biens matériels, la culture, l'énergie, le logement, la ruralité, les transports, etc., tout d'abord parce que vous trouverez un certain nombre de ces propositions sur le blog de l'association Fraternité Citoyenne que j'anime depuis des années, ensuite parce que je compte également sur vos propositions afin d'enrichir ce projet et forcément, je suis en accord avec « Notre socle commun: primairepopulaire.fr/le-socle-commun », sinon je ne serais pas candidat à la Primaire Populaire !

 

Quoi qu'il en soit, vous pouvez vous faire une très bonne idée de mes convictions en regardant mes dernières vidéos sur ma page facebook et ma chaîne YouTube et en lisant mon dernier ouvrage sur la monnaie préfacé par Serge Latouche (professeur émérite d'économie à l'université d'Orsay et objecteur de croissance comme il aime se présenter). Dans cet ouvrage vous y trouverez une analyse de notre civilisation de la marchandise et de son corolaire la monnaie-dette ; vous comprendrez comment les maitres de la monnaie nous manipulent depuis trop longtemps et à quel point cette manipulation c'est accentuée depuis 50 ans (le 15 août 1971). De nombreux extraits sont sur le blog du Mouvement Monnaie Juste.

 

Dans de plus en plus de pays, les peuples défendent leurs souverainetés contre les banquiers-mondialistes. La question qui compte est : « est-ce que les individus, les institutions et les nations sont souverains, notamment concernant les questions d’alimentation, de santé et de libertés, ou bien sont-ils sous le contrôle et la domination d’une oligarchie et d’un gouvernement mondial qui pourrait dégénérer en dictature !? Autrement dit, sommes nous pour un monde unipolaire contrôlé par les banquiers, les multinationales et le « divin » marché ou pour un monde multipolaire ; ou encore sommes nous pour une Union Européenne ordolibérale ou pour une Europe de nations souveraines qui collaborent aux niveaux militaire et géopolitique. C’est à ces questions cruciales, c'est à ce choix de société auquel nous répondrons par nos suffrages lors des prochaines élections présidentielle et législatives.

 

Pour les mondialistes néolibéraux, le terme de « choix politique » perd toute signification car la société, selon leur idéologie, n’est qu’une somme d’individus, ce qui justifie qu’il faut dépolitiser les débats au profit de simples mécanismes de marchés auto-régulateurs, la fameuse « main invisible du marché » selon eux, mais de façon plus réaliste, il s'agit bien de la main bien concrète du créateur de la monnaie, du banquier, du pouvoir absolu de la finance.

 

Nous sommes de plus en plus nombreux à penser que c'est au peuple de décider de son destin par des référendums d'initiative citoyenne par exemple, qu'il faut que le peuple se réapproprie son système monétaire et que ni Le Pen, ni Mélenchon, ni des revenants d'un PS moribond ne peuvent porter le flambeau d'un projet véritablement alternatif au diktat des banquiers, à cette l'oligarchie qui se réunit au club Bilderberg ou au forum de Davos et en France à l'association Le Siècle ou la French-American Foundation.

 

Nous sommes de plus en nombreux à proposer une nouvelle civilisation d'harmonie, d'autonomie, de liberté, de partage, de respect mutuel et de préservation de l'environnement ; cette vision a commencé dans nos têtes et la concrétisation de cette société est inéluctable. Forcément, ceux qui sont à la tête des transnationales, ceux qui nous manipulent et nous tiennent en esclavage avec leur monnaie de singe n'apprécient pas cette évolution, cette prise de conscience ! Une nouvelle forme d'organisation sociale, un nouveau paradigme libéré de l'emprise du marché et de l'esclavage de la monnaie dette émerge à l'horizon, nous sommes à l'aube d'une nouvelle civilisation.

 

Il serait tout à fait possible de vivre dans une démocratie radicalement différente de celle d'aujourd'hui. On pourrait facilement vivre dans une société plus harmonieuse et cela n'a rien d'extraordinaire dans le fond. Si nous ne vivons pas déjà dans une société plus apaisée, c'est simplement parce que nous n'avons pas ouvert les yeux en termes de choix politiques fondamentaux. Ce sont nos choix politiques qui doivent déterminer si, oui ou non, les banques privées, les transnationales, la société de consommation et la publicité existent ou n'existent plus ; si, oui ou non, la fonction bancaire doit être un véritable droit régalien ou un droit privé comme aujourd'hui ; si, oui ou non, le pouvoir politique partage avec les citoyens et les élus de base, le fonctionnement de la production de marchandises et du système dans son ensemble.

 

Le système monétaire actuel est la principale source de nos problèmes de société et d'environnement. Ce système – la création monétaire ex nihilo par la dette – est profondément absurde, défectueux et inique ; de fait, c'est une véritable escroquerie. Les questions de comment est créée la monnaie et de quelle est la motivation de ceux qui contrôlent son émission, sont primordiales. La monnaie n'est qu'un moyen pour mobiliser l'énergie humaine et son émission devrait légitimement appartenir aux institutions représentant les citoyens et… ce n'est pas le cas aujourd'hui et c'est bien le cœur du problème !

 

Soyons clair, la monnaie ne peut fonctionner que si elle est maintenue artificiellement rare pour 99 % des gens, mais évidemment, il n'y a rien de plus facile à créer que la monnaie (c'est juste des chiffres sur des écrans) et donc pour cacher leur incurie (concrétisée par les nombreux Q.E. et les dettes souveraines abyssales), leur escroquerie (le système monétaire actuel, c.a.d. une monnaie créée ex-nihilo et contrôlée par les banques privées, dénoncée par Maurice Allais prix Nobel d’économie, la déclarant identique à celle de faux monnayeurs, ce qui a eu pour conséquence immédiate son bannissement des médias) et pour continuer à nous maintenir en esclavage, la seule solution pour l'oligarchie financière c'est de dématérialiser complètement la monnaie afin d'éviter une panique bancaire, une course aux guichets ou bank run.

 

Le pouvoir dans nos démocraties est donc détenu par les maîtres du capital financier globalisé. Ce sont ces oligarchies qui gouvernent la planète, un pouvoir invisible et non élu. Les décisions sont prises par les oligarchies, c’est-à-dire les PDG des grandes banques et des sociétés multinationales. Ces transnationales échappent à tout contrôle parlementaire, étatique, onusien ou syndical. Ces oligarchies ont une seule stratégie : la maximalisation du profit dans le temps le plus court et à n’importe quel prix humain et environnemental. Cela aboutit à l’affaiblissement des institutions démocratiques, à un mépris absolu du bien commun, à la destruction progressive de la planète, de la biodiversité, des forêts tropicales, avec l’empoisonnement des sols, de l’eau et des mers. Leur dogme, l'obscurantisme ultra, néo ou ordo libéral qui dit que seul le marché fait l’histoire et qu’il obéit à des «lois naturelles» est, évidemment, un pur mensonge. On ne peut pas humaniser, améliorer, réformer un tel système. Il n'y a pas d'autre solution que de l’abattre. Aucun des systèmes d’oppression précédent, comme l’esclavage, le colonialisme, la féodalité, n’a pu être réformé. L’oppression ne se réforme pas.

 

Sur l'échiquier politique de la droite à la gauche social-libérale, tous défendent l'ordolibéralisme de l'UE, tous sont complices de cette oligarchie financière. De Sarkozy à Macron en passant par Hollande, Royal, Montebourg, Jadot, Bertrand ou Hidalgo tous défendent cette idéologie qui considère que le politique n'a pas à intervenir dans le domaine économique. Selon eux, selon la théorie ordolibérale, l'État a pour responsabilité de créer un cadre légal et institutionnel à l'économie, et de maintenir un niveau sain de concurrence « libre et non faussée » via des mesures en accord avec les « sacro-saintes lois du marché ». Bien que l'ordolibéralisme se distingue du libéralisme classique anglo-saxon fondé sur la dérégulation et le « laisser-faire », il est cependant un libéralisme en ce que l'État doit se cantonner à la fixation et à l'application de ces règles et ne doit pas mener de politique économique structurelle ni même conjoncturelle.

 

La société de consommation actuelle a tendance à enfermer les gens dans des attitudes individualistes où chacun s’isole et vit pour lui-même. Pour en sortir, il faut reconstruire une société plus solidaire, qui permette un partage plus égalitaire des richesses et offre une promotion à chaque être humain. Notre société trop souvent mécanique, froide et impersonnelle, souffre d’une déshumanisation, de logiques strictement comptables et de perspectives à courte durée. Une citoyenneté bien comprise devrait instaurer davantage de partage, de fraternité et de liberté pour conduire des actions créatrices d’avenir. Le modèle de société néolibérale qui a produit la contre-civilisation qui est la nôtre est un cancer qui ronge et détruit non seulement le vivant, la terre, les mers, l’air, tout ce qui marche, nage, pousse ou vole, mais qui annihile aussi les sociétés humaines, les rabaissant à un agglomérat d’égoïsmes en concurrence, de consommateurs compulsifs aliénés aux « cerveaux disponibles ». Il n'est plus à démontrer les ravages de l'idéologie libérale (néo ou ordo) sur l'humanité et la nature. C'est donc une alternative à ce système mortifère que nous devons mettre en place. Un retour du politique dans l'économie premièrement par un contrôle de la monnaie par l'État afin de développer une société plus juste et plus respectueuse de l'environnement. Un modèle de société réellement social, écologique et démocratique.

 

L’Union Européenne ne peut-être qu'une fédération d'États souverains et non pas une technocratie au service des banquiers, des multinationales et des marchés. Nous ne pouvons pas laisser de coté notre souveraineté monétaire et cette souveraineté doit être une condition sine qua non à notre maintien dans l’U.E.. De toute façon l’U.E. a besoin de la France, car depuis le Brexit la France est le seul pays membre de l'U.E. qui est à la fois l'un des 5 membres permanents de l'O.N.U. et l'un des 9 États détenteurs de la force de dissuasion nucléaire ; un nouveau traité sera proposé à nos partenaires européens et une évolution doit être possible. C’est une question de courage, de volonté et de détermination. Il serait judicieux de rappeler aux États européens que les Français avaient voté NON au référendum du 26 mai 2005 et que le pouvoir leur a forcé la main de façon légale mais illégitime.

 

Le peuple doit prendre conscience de l’importance fondamentale de la création monétaire. Les citations d’hommes célèbres tels que Thomas Jefferson, Napoléon, Abraham Lincoln, Woodrow Wilson, Henry Ford, JF Kennedy, Maurice Allais, Bernard Marris, etc. confirment cela. Même Rocard avait déclaré à la radio que « nous vivons dans un super État bancaire international ». Chaque jour, chaque citoyen pense à l’argent et pourtant combien savent comment est créée l’argent ? C’est la preuve d’une manipulation de masse extraordinaire !

 

Suite au rétablissement de notre souveraineté monétaire, il nous faudra, également, récupérer notre souveraineté économique par une planification aux fins d’une reconstruction de chaînes de la valeur plus autocentrées sur le territoire ; et forcément par une interdiction de la financiarisation et des activités spéculatives parasitaires et rentières ; une décarbonisation des activités ; un développement des filières écologiques comme par exemple celle de l’économie circulaire. Il faut utiliser notre souveraineté économique pour rebâtir un monde moins concurrentiel et respectueux des valeurs françaises : rétablir des droits de douanes compensateurs des inégalités de protection sociale entre pays ; établir le principe d’un maxima des rémunérations.

 

Alors, si vous êtes comme je suis, contre le mondialisme néo ou ordolibéral, c. a. d. contre l’élite globaliste qui a placé ses sbires à la tête de beaucoup d’États et d’institutions internationales (comme l’OMS, l’OTAN ou l’Union Européenne), qui possède la puissance financière et médiatique et qui a pour objectif de détruire la souveraineté des États et des populations, alors rassemblons-nous pour gagner les élections souveraines de notre pays du printemps 2022.

 

Pourquoi le Gouvernement de la République française actuel impose une stratégie vaccinale globale (avec son lot d'effets secondaires!), des masques à toute la population française (obligatoires dès le CP!), des confinements, des couvre-feux, etc. contre une maladie qui est à peine plus létale que la grippe et qui tue à 80 % des personnes de plus de 75 ans (comme la grippe in fine!) et qui, de plus sont pour la plupart atteint d'autres maladies comme le diabète ? Pourquoi ne pas distribuer largement vitamine D, Zinc et autres stimulateurs du système immunitaire aux populations à risque ? Si je suis élu en mai 2022, toutes ces questions et bien d'autres devront être posées au président Macron ainsi qu'aux membres du gouvernement durant la gestion de la « pandémie Covid-19 » lors d'une commission d'enquête et d'un procès que je déclencherais, dès ma prise de fonction.

 

Je suis Québécois par ma mère et ingénieur de l'école Polytechnique de Montréal, issu de la classe moyenne (mon père était chercheur à l’Inserm, mon grand-père instituteur dans l’Allier), j'ai travaillé comme ingénieur commercial en informatique et j'ai beaucoup voyagé en Asie et en Amérique du nord. Je suis père de deux filles. Je vis dans une maison que j'ai construite de mes mains. Je suis conférencier et j'ai publié 4 ouvrages (le dernier est sorti en mars 2020).

 

On sait maintenant trop bien comment la candidature de Macron a été orchestrée par les médias des milliardaires. Alors, est-ce aux médias des milliardaires, ou aux citoyens de choisir leur président ? La question que l'on doit en effet se poser c'est : dans quelle mesure notre décision de voter pour tel ou tel candidat est-elle sous l'influence des médias dominants et du marketing politique ? N'est-on pas largement sous influence pour décider si tel ou tel candidat est crédible ou légitime ? Merci d'être adulte, merci de soutenir une candidature qui défend le bien commun plutôt que le bien des banquiers et des multinationales qui pillent l'Humanité.

 

Merci de votre soutien et merci de faire connaître ma candidature au plus grand nombres de nos concitoyens. Puissions-nous gagner ensemble pour une société plus juste, plus solidaire, plus démocratique et plus respectueuse de notre environnement. Celui ou celle qui gagnera cette primaire deviendra probablement président. Votre soutien peut faire toute la différence.

 

 

N'hésitez pas à me contacter. Bien à tous.

Marc JUTIER Googlez, pour retrouver: revue de presse, livres publiés, blog, page facebook, CV & 50 articles sur Agoravox, compte twitter, site, chaîne YouTube, photos, ... mjutier@orange.fr 07 68 54 92 33 CV (né le 11/08/62) & articles LivresBlog Page facebook (2600 ''J'aime'') Profil facebook twitter Site Chaîne YouTube Président de Fraternité Citoyenne Responsable de la coordination nationale du MMJ Photos sur la toile

  • Photo avec Marie-Noëlle Lienemann, Sénatrice

  • Photo avec Sergey Molchanov, Consul Général de Russie à Marseille

Lire la suite